Fondation OPEJ
Baron Edmond de Rothschild

Au cours de ses plus de 75 ans d’existence, la Fondation OPEJ - Baron Edmond de Rothschild a offert à des milliers de jeunes le soutien pédagogique, le confort et la protection nécessaires à leur épanouissement.

Son nom d'origine - l'Œuvre de Protection des Enfants Juifs - rappelle le réseau de Résistants qui vint en aide aux enfants juifs cachés pendant la Seconde Guerre mondiale, le SERE (Service d’évacuation et de regroupement des enfants). En 1942-1943, après la promulgation de lois antisémites par le régime de Vichy, des dizaines de milliers de juifs furent remis à l'occupant allemand et envoyés dans des camps de la mort.

À la Libération, le réseau clandestin créé pour protéger ces enfants est officiellement reconnu comme association de protection de l'enfance. L'OPEJ ouvrira 17 maisons d'enfants à travers la France pour accueillir les enfants des déportés, dont beaucoup avaient vécu cachés dans la campagne française, ainsi que ceux qui revenaient des camps de concentration.

Au cours de la seconde moitié du XXe siècle, les événements qui vont marquer la communauté juive en France et à l'étranger impacteront également l'OPEJ. Les évolutions sociologiques de la communauté juive de France et les progrès de la législation sociale aboutiront à la reconnaissance d'utilité publique en 1957.


Edmond de Rothschild
1926 - 1997

Edmond de Rothschild en prend la présidence en 1969, faisant don du château de Maubuisson, situé au nord de Paris, qui devient une Maison d'enfants à caractère social. En 1991, sous son impulsion, puis sous celle de Nadine de Rothschild après la mort du baron, l’association s’ouvre aux enfants sans distinction de religion, de culture ou d’origine familiale.

L'OPEJ est présidée par leur fils, Benjamin de Rothschild, jusqu’à sa disparition, aux côtés de son épouse, Ariane et de leur filles, Noémie et Olivia. 

En 2012, l’association est transformée en Fondation OPEJ - Baron Edmond de Rothschild : elle a pour but « de protéger, d’écouter et de venir en aide à des enfants, des adolescents et des jeunes en difficulté ainsi qu’à leurs familles de toutes origines ». 

Fidèle à sa mission qui consiste à promouvoir la résilience et favoriser l’épanouissement au moyen de liens sociaux durables, l'OPEJ gère, en plus de ses deux Maisons d’enfants à caractère social dans le Val-d’Oise et les Hauts-de-Seine, neuf services de jour destinés à accompagner des enfants, des jeunes et leurs familles : trois services de prévention spécialisée dans le Val-d’Oise et Paris ; un service d’action éducative en milieu ouvert ; un service d’accueil familial et éducatif de jour à Sarcelles ; un point accueil écoute jeunes ; un centre de médiation familiale et un service d’accueil de jour éducatif à Paris ; ainsi qu’un espace familial en accueil de jour éducatif à Rueil-Malmaison. 

Pour en savoir plus : www.fondation-opej.org 

Enfants à la Maison d’enfants de Rueil-Malmaison. Fin des années 1940. © Archives OPEJ

Enfants à la Maison d’enfants de Rueil-Malmaison. Fin des années 1940. © Archives OPEJ
Dos d’un document de présentation des lieux de l’OPEJ, 1948. © Archives OPEJ
Une fête à la maison d’enfants de Rueil-Malmaison, 15 août 1975. © Archives OPEJ
Enfants à la Maison d’enfants de Rueil-Malmaison en 1987. © Archives OPEJ
Fête à la Maison d’enfants de Rueil-Malmaison, fin des années 1980. © Archives OPEJ

Spectacle « Le goût de Perlimpinpin », Gala de la Fondation OPEJ au Cabaret Sauvage, 2016. © Archives OPEJ

Visite des enfants et rencontre avec les pilotes Alexandre Brasseur et Pierre le Gloahec, Tour auto Optic 2000, Grand-Palais, Paris, 2015.
Le potager du Parc de la Maison d’enfants « Le Château de Maubuisson », 2013. © Archives OPEJ
Chambre dans la Maison d’enfants de Rueil-Malmaison, 2013.
Ariane de Rothschild, Gala de la Fondation OPEJ au Cabaret Sauvage, 2016. © Archives OPEJ